A LA UNE au BENIN

nov 1, 2015 par VISAGE DU BÉNIN

 « Conjurons la menace d’une ambiance électorale inopportunément viciée et tendue’’

A la suite du communiqué ayant sanctionné les Conseils extraordinaires des Ministres des vendredi 23 et dimanche 25 octobre 2015, la Plateforme électorale des Organisations de la Société civile C du Bénin a fait savoir sa position à travers une déclaration intitulée : « Conjurons la menace d’une ambiance électorale inopportunément viciée et tendue ». A travers cette déclaration les acteurs de la société civile, regroupés au sein de la Plateforme électorale, invitent le peuple béninois tout entier ainsi que les militants et supporteurs de chacun des camps politiques en jeu, à la retenue, la sérénité et au pacifisme face aux prochains développements éventuels que connaîtront, d’ici avril 2016, ces dossiers.

 

DECLARATION

Plateforme Electorale des OSC du Bénin ‘’Citoyen, Veille et Contribue’’

  ‘’Conjurons la menace d’une ambiance électorale inopportunément viciée et tendue’’

Le lundi 27 octobre 2015, nous avons, comme des millions d’autres béninoises et béninois, écouté et lu avec grandes interrogations, le communiqué gouvernemental sanctionnant le Conseil extraordinaire des Ministres des vendredi 23 et dimanche 25 octobre 2015 sous la présidence du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement. Nous avons noté que la portion du communiqué relative au compte rendu du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme a été conclue par : ‘’Prenant donc acte  de ce compte rendu, le Conseil des Ministres a instruit le Garde des Sceaux Ministre de la Justice en lien avec le Procureur de la République de prendre les dispositions idoines  en vue de la liquidation au profit de l’Etat de ces dossiers judiciaires en souffrance dans nos tribunaux.’’

La plateforme électorale des OSC du Bénin perçoit à juste titre, à travers cette conclusion, une certaine volonté gouvernementale visant à bousculer la lenteur de la Justice béninoise ; une lenteur reconnue de tous les béninois et quotidiennement dénoncée par d’innombrables souffre-douleurs de notre justice. Seulement, entre autres, la période choisie (a) et l’auteur principal nommé dans la majorité des dossiers évoqués au regard de ses conflits récentsavec le Chef de l’Etat (b), ce dernier agissant ici en qualité de l’institution ‘’Exécutif’’ donnent à réfléchir et justifient notre appel à ‘’conjurer la forte menace d’une prochaine ambiance électorale inopportunément viciée et tendue’’.

En effet,

  • Sur la période choisie : nous convenons que la lutte pour une justice égale pour tous, efficace et efficiente doit être de tout temps et de toute période. Toutefois, l’on ne peut que s’inquiéter quand cette période est pré-électorale et surtout quand elle est caractérisée, comme nous le déplorons tous, par des tractations politiciennes et partisanes précoces sans aucune mesure. Cette période choisie,en cas d’une célérité inhabituelle de notre justice reconnue lente, fait courir au paisible peuple béninois,le risque d’un réchauffement continu de la tension électorale pouvant conduire à des violences électorales déplorables. L’inquiétude de la plateforme est grande quand on sait que certains des dossiers évoqués datent de 1994 et que Monsieur Patrice TALON, le principal auteur nommé, empêtré dans des relations conflictuelles très difficiles avec le Chef de l’Etat, a annoncé sa candidature à la présidentielle de février 2016.
  • Sur l’auteur principal nommé dans la majorité des dossiers évoqués et au regard de ses récents conflits avec le Chef de l’Etat : nous avons toujours été des défenseurs du respect du principe de ‘’l’égalité de tous devant la loi’’. Toutefois, dans le cas actuel et au regard de la période choisie, l’on y voit plus facilement un certain rebondissement des dossiers ‘’association de malfaiteurs et tentative d’assassinat par empoisonnement du Président de la République’’ et ‘’Attentat à la sûreté de l’Etat’’, relativement éteints par le discours du ‘’pardon’’ présidentiel du mercredi 14 mai 2014. Peut-être, avouons-le, que l’arrêt n°103/2015 en date du 15 octobre 2015de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) au bénéfice de Patrice TALON a ravivé les rancœurs. Pour la plateforme Electorale des OSC du Bénin, aucune rancœur entre deux individus, amis inséparables hier et ennemis irréconciliables aujourd’hui, ne peut justifier des semences d’une ambiance électorale inopportunément viciée et tendue dont seules les paisibles populations feront les frais. L’action frise l’acharnement par une tentative d’instrumentalisation de la justice pour des fins politiques et partisanes.

C’est pourquoi, à l’Exécutif de la République du Bénin, la plateforme :

  • déconseille vivement toute forme de pressions sur la justice béninoise relativement à ces dossiers qui intéressent, au plus haut point, le peuple béninois qui craint actuellement des précipitations judiciaires préjudiciables à l’Etat, comme ce fût déjà les cas dans nombre de dossiers perdus contre toute attente,
  • adresse une invitation à prendre conscience de sa responsabilité d’institution qui l’oblige à œuvrer dans l’intérêt national en évitant tout favoritisme d’un quelconque camp politique, son propre camp politique y compris.

A l’endroit des différents mis en cause et camps alliés, tout en réaffirmant son engagement à la manifestation de la vérité qui devra nécessairement intervenir dans chacun de ces dossiers, la Plateforme lance un appel à la retenue et déconseille, en cette période pré-électorale sensible, toute réaction susceptible d’induire la violence et de porter préjudice à la paix et au processus électoral en cours.

Enfin, la plateforme électorale des OSC du Béninappelle la justice à continuer,  avec discernement et professionnalisme, le traitement de ces dossiers en résistant à toutes formes de pressions car elles ne feront que la pousser dans la précipitation et la discréditer davantage au regard des forts risques de récupérations politiques en cette période électorale.

Les acteurs de la société civile, regroupés au sein de la Plateforme électorale, invitent le peuple béninois tout entier ainsi que les militants et supporteurs de chacun des camps politiques en jeu, à la retenue, la sérénité et au pacifisme face aux prochains développements éventuels que connaitront, d’ici avril 2016, ces dossiers qui ont trop duré.

Vaillant peuple béninois, c’est, une fois encore l’occasion de démontrer ta maturité à ces dirigeants et aspirants dirigeants qui t’ignorent.Ensemble exigeons la juste justice et la paix.

Vive la justice

Vive la paix,

Vive la République du Bénin

 

Fait à Cotonou le jeudi 29 octobre 2015

La Présidente de la plateforme Mme Fatoumatou BATOKO ZOSSOU

 

Articles recommandés