Les ambassadeurs de Patrice Talon viennent de joindre l’acte à la Parole.

Qu’il vous souvienne, le Mercredi 28 Octobre 2015 lors d’une conférence de presse tenue au Chant d’Oiseau à Cotonou, les Ambassadeurs de Patrice Talon avec à leur tête Oswald HOMEKY avait annoncé devant caméras et micros qu’ils se battront pour payer la caution de leur candidat non pas parce qu’il est incapable de la payer mais pour prouver leur engagement à accompagner cette candidature jusqu’à la victoire le 28 février prochain, date du premier tour de l’élection présidentielle.

Ce jour 11 Janvier 2015, Oswald Homeky et son groupe ont décidé de joindre l’acte à la parole en remettant officiellement le chèque d’un montant de 15.000.000 F CFA libellé au nom du candidat Patrice Talon et ceci en présence de l’Huissier de Justice Maxime René ASSOGBA.

C’est devant un parterre de personnalités et hommes politiques soutenant la candidature de Patrice TALON ainsi que les membres de ce mouvement que la cérémonie s’est déroulée à la salle « Baobab » de Novotel Hôtel à Cotonou.

Bon, je crois qu’on peut aller déposer maintenant le dossier de candidature du candidat Patrice Talon.

Une phrase du candidat Patrice Talon qui a marqué les esprits à l’instant: COMPTEZ SUR MOI, NOUS ALLONS

GAGNER LES ÉLECTIONS !!

Alexandre John Sénateur

Articles récents
Showing 4 comments
  • VISSOUKPO Viviane

    Moi je t’aime bien.Du courage et surveille bien tes arrières.je t’empri même pas un millimètre de relâchement. Fait le pour nous
    Merci

  • TCHIBOZO Romaine Maureen

    Moi je t’aime trop tonton et je t’encourage de toutes mes forces. tu es l’homme capable de gérer ce pays. mais fais beaucoup attention à toi et je sais que tu es un homme averti

  • DOSSOU

    je vous souhaite le meilleur et surtout plein courage puisque vous en avez besoin connaissant le président yayi boni.ce qui est sur vous avez tout mon soutien pour la conquête du pouvoir j’ai tout un arsenal que je souhaite mettre à votre profit.

  • lotus eric

    Ensemble pour le nouveau départ.